Posté le 15/12/2016 par Alex

« Monsieur Vélo de la Maurienne » change de braquet !

Alexandre Gros, chef de projet vélo à Maurienne Tourisme, a décidé de quitter son poste pour vivre une nouvelle aventure. Voici ci-dessous son « courrier » de départ : 

« Chers collègues, collaborateurs, partenaires et amis,

Comme vous le savez très certainement, je quitterai Maurienne Tourisme à la fin de l’année. On ne part pas comme ça après plus de 9 ans de service sans se rappeler les bons souvenirs et expliquer son départ. C’est un peu long, mais comment résumer à 3 lignes une si belle expérience ?

POURQUOI PARTIR ?

Contrairement à ce que j’ai pu entendre, ce n’est pas le contexte de restructuration territoriale qui motive mon départ. Ce n’est pas non plus l’humour et la joie de vivre de mes collègues que j’apprécie particulièrement. Et c’est encore moins la lassitude et la démotivation. Au contraire, ma mission a évolué avec le temps et est devenue de plus en plus passionnante. J’ai lu hier que seulement 11% des français sont heureux au travail et j’ai (et j’ai eu) la chance d’en être. Mais alors pourquoi partir ?

Un nouveau challenge personnel tout simplement. Je réfléchis depuis quelques temps à la création de ma propre entreprise. Il y a un moment où il faut soit renoncer, soit faire le pas. Et voilà, j’ai fait un choix, ça se passe en ce moment et je suis hyper motivé !

LES TEMPS FORTS DE MA MISSION ?

Certains s’en souviennent peut-être, j’ai été embauché comme chargé de communication « France » en 2007 au Comité des Stations de Maurienne (eh oui, Maurienne Tourisme n’existait pas encore à l’époque !). L’un des objectifs que je m’étais rapidement fixé était d’établir une collaboration avec les exploitants des Domaines Skiables. Croyez-le ou non, quand je suis arrivé, il n’y avait pas ou peu de concertation entre le Comité des Stations de Maurienne et les domaines skiables. Une relation de confiance s’est créée. Cela s’est bien passé et on a pu créer ensemble « La Maurienne Je Skiffe » ! Faîtes pas comme si vous ne connaissiez pas… Il doit y avoir presque une voiture sur 2 ou 3 en Maurienne qui a adopté cette marque et qui la véhicule sur l’arrière de sa voiture. Vous savez, le petit autocollant violet ! Bref, une belle aventure dans l’univers du ski à laquelle je renoncerai en 2013 pour me consacrer pleinement au vélo.

En 2012, le Comité des Stations de Maurienne laisse place à Maurienne Tourisme. Mon unique collègue s’en va et je dois gérer la structure. Il faut clôturer le Comité et mettre en ordre de marche la nouvelle entité. 8 mois de « direction par intérim » à faire beaucoup de paperasse et de compta tout en menant à bien les actions en cours, c’était long et c’était beaucoup d’heures sup, mais ce fut formateur aussi, et c’était pour la bonne cause : donner une nouvelle dynamique touristique à la Maurienne ! Et puis j’ai pu participer au recrutement de ma directrice. Très bon choix, soit dit en passant ;-). Deux collègues du Syndicat de Pays ont été intégrés à Maurienne Tourisme. Une équipe de choc était née !

Fin 2009, le verdict est tombé : la Maurienne n’a pas de positionnement estival différenciateur et ça pose problème dans la communication à l’échelle vallée. Comment faire ? On continu à parler un petit peu de tout à un peu tout le monde ? Ou bien on travaille sur le fond avec une vraie stratégie ? Après concertation avec les partenaires, il n’y a qu’une chose qui semblait mettre tout le monde d’accord : les grands cols de Maurienne et le vélo. J’ai donc proposé un projet un peu ambitieux : « La Maurienne, le plus grand domaine cyclable du monde ». Le début d’une sacré aventure ! Je vous avoue que j’ai dû dépenser beaucoup d’énergie pour convaincre du potentiel que je voyais dans ce projet, en rassemblant ceux qui y croyait (assez peu nombreux au début) et en slalomant entre des qualificatifs parfois surprenants. Oui oui, un jour on m’a qualifié de Bisounours (et ça me fait bien sourire quand j’y repense car finalement ce n’était peut-être pas complètement faux). En 2011, le concept de « plus grand domaine cyclable du monde » est nominé aux Trophées de Savoie et aux Trophées de l’Innovation Touristique Rhône-Alpes : ouf, reconnaissance et crédibilité ont intégré la dynamique ! On continu ! En 2012, on reçoit le premier prix de l’Innovation Touristique Mondiale à Huesca, en Espagne (un déplacement épique, soit dit en passant). Wouahou, ça encourage et ça booste ! On continu ! En 2013, j’ai l’idée un peu saugrenu d’aller toquer à la porte de la Fédération Française de Cyclisme pour voir si on peut faire des choses ensemble. Et voilà que dès 2014 la Maurienne devient Fournisseur Officiel des Equipes de France de Cyclisme aux côtés de marques prestigieuses comme Look, Skoda, Garmin, et bien d’autres ! Un sentiment de fierté, d’entrer dans la cour des grands. Une petite marque inconnue des Alpes s’affiche désormais comme territoire leader du cyclisme en France et on reçoit les meilleurs et futurs meilleurs cyclistes français en stage dans nos montagnes. Aujourd’hui, tout le monde (ou presque) reconnait l’importance du vélo en Maurienne, et je me dis que j’ai bien fait de m’accrocher à ce projet. J’en profite pour remercier tous ceux qui y ont cru et qui se sont associés à la dynamique, que ce soit au début ou en cours de route. (Pour les retardataires, il y a encore de la place dans le train !)

J’aurai encore pleins de choses à dire. Des anecdotes, des potins, des souvenirs. Mais je ne vais pas rallonger ce récit et prendre le risque de perdre les quelques lecteurs qui sont déjà arrivés jusqu’ici.

Je veux juste rajouter que j’ai passé de belles années au service du tourisme en Maurienne et je remercie sincèrement tous ceux qui y ont participé : en particulier mes collègues qui ont encaissé mes jeux de mots un peu « capilotractés » et autres calembours au quotidien (faîtes pas semblant, je sais que ça vous a bien fait marrer des fois) et qui ont supporté le rythme effréné des actions à mener (à quatre personnes et demi pour toute une vallée, c’est forcément speed, et mieux savoir rigoler pour décompresser !)

Lâcher un projet comme « le plus grand domaine cyclable du monde » (que je considère un peu comme mon bébé et qui me vaut aujourd’hui le surnom de « Monsieur vélo de la Maurienne ») dans lequel je me suis beaucoup investi professionnellement et personnellement (parfois au détriment de ma petite famille) n’a pas été un choix facile. Mais je pars avec le sentiment (je peux même dire la fierté) d’avoir apporté ma pierre à l’édifice (ou plutôt les fondations). Personne n’est irremplaçable et j’ai toute confiance en mes collègues qui sauront continuer à faire vivre cette marque qui a « un potentiel de fou » ! J’espère que les élus mauriennais en ont conscience et qu’ils investiront dans cette stratégie. Je rêve à croire depuis le début du projet, qu’un jour, le vélo sera à l’été ce que le ski est à l’hiver. Après tout, les stations de ski n’ont pas toujours existé, il a fallu y croire et investir à un moment donné pour avoir les retombées que l’on a aujourd’hui. Pourquoi ne pourrait-on pas faire pareil avec le vélo ? Je ne serai pas bien loin pour voir comment ça évolue, et éventuellement donner mon avis sur la question (si on me le demande).

QUE VAIS-JE DEVENIR ?

Tout comme j’ai cru au développement du vélo en Maurienne, je crois que je suis prêt à me lancer dans l’aventure entrepreneuriale. J’ai envie de partager mon expérience et mes savoir-faire. J’ai donc décidé de créer mon entreprise. Le projet est en cours de construction (et en bonne voie). Je peux déjà vous dire qu’il est question de conseils, de positionnement, de stratégie, de communication. Et mon petit doigt me dit que l’univers du vélo (qui s’est ancré en moi) ne sera pas mis hors-jeu. Je prévois de rester implanté en Maurienne et d’intervenir aussi sur ce territoire, mais pas que. Et ma société devrait être créée courant de l’année 2017 (plutôt 2ème moitié). En attendant j’ai un statut d’auto-entrepreneur qui me permet d’ores et déjà de répondre à des sollicitations de conseils en communication, infographie et création de sites internet.

Si ça ne marche pas, j’écrirais peut-être un livre sur le développement touristique de la Maurienne (ou pas).

Non, franchement, j’y crois. Et quand on y croit il faut y aller. Je n’ai pas envie de me retrouver dans dix ou vingt ans à me dire « j’avais la niaque et la motivation, si j’avais su… j’aurai pu… »

A bientôt j’espère, dans un autre contexte de travail, ou amicalement autour d’un café (ou d’une bière). Et bravo et merci à ceux qui ont eu la patience de tout lire, à l’heure du tout-numérique qui inonde tout le monde de mails et de notifications.

Alexandre Gros

PS : Si vous souhaitez que l’on reste en contact, voici mon numéro de téléphone : 06 99 21 69 54, et mon adresse mail : contact@alexandre-gros.com. Vous me trouverez aussi sur LinkedInFacebook, Twitter ou encore Instagram.

4 thoughts on “« Monsieur Vélo de la Maurienne » change de braquet !”

  1. Bravo pour ton travail !!!! Heureux d’avoir bossé avec toi !! À bientot autour d’une bonne bière et pour des projets, autour du VELO bien sur… franck

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>